Critiques

Márai entre Krúdy et Kertész

Séduit pour ne pas dire envoûté par Dernier jour à Budapest, le roman de Sándor Márai, je suis allé me promener, confinement oblige, dans ses œuvres, difficiles à faire traverser l’Atlantique aujourd’hui, mais heureusement disponibles dans des librairies de Montréal, puis sautant entre les générations d’écrivains hongrois j’ai reculé jusqu’à Gyula Krúdy (1878-1933) que Márai… Lire la suite Márai entre Krúdy et Kertész

Critiques

Peinture

Ma lecture, plus ou moins comparée, de deux écrivains fascinés par des peintres de leur propre culture : Étienne Beaulieu sur Ozias Leduc et Paul-Émile Borduas, et Karl Ove Knausgaard sur Edvard Munch. Ce premier article sur Beaulieu, le prochain sur Knausgaard. 1. Étienne Beaulieu, La pomme et l’étoile À la suite de déboires amoureux et… Lire la suite Peinture

Critiques

Dostoïevski au théâtre et Tchekhov au cinéma

L'adaptation de L’Idiot au Théâtre du Nouveau Monde a reçu des critiques si élogieuses que c’est presque gênant d’émettre des réserves. La pièce, avec les adresses au public et une mise en scène minimaliste, exploite bien l’idée maîtresse du roman : la personne si bonne que par réaction les autres finissent par faire sortir le venin… Lire la suite Dostoïevski au théâtre et Tchekhov au cinéma

Critiques

L’inextinguible, de Maxime Olivier Moutier

Ces entretiens ont reçu un traitement frivole dans les médias. L'émission Plus on est de fous a fait subir à Moutier un interrogatoire en règle, où il a seulement été question de l’existence ou non de Paula Singer (qu’est-ce qu’on s’en fout). La Presse a étiré à vide l’hypothèse d’un canular sans manifester le moindre… Lire la suite L’inextinguible, de Maxime Olivier Moutier

Critiques

Notes pour moi-même (2002-2012), de Gilles Marcotte

J’ai entamé ces Notes à contrecœur parce que les écrits de Marcotte m’ont souvent rebuté. Des louanges ou des condamnations exagérées, des idées carrées, une façon expéditive et peu convaincante d’aller au fond des choses, des opinions politiques qui ont de quoi vous envoyer les sourcils en orbite autour de la tête. * Il avait… Lire la suite Notes pour moi-même (2002-2012), de Gilles Marcotte

Critiques

Voir le monde avec un chapeau, de Carl Bergeron

Le journal de Bergeron a provoqué des réactions extrêmes quand il est paru en 2016. Il a été soit qualifié de chef-d’œuvre (Christian Rioux, Jacques Dufresne, Mathieu Bock-Côté) ou descendu avec mépris, par exemple par Simon Tremblay-Pepin qui a traité Bergeron de Narcisse à chapeau, mais sans dire l’ombre d’un mot sur son idée maîtresse :… Lire la suite Voir le monde avec un chapeau, de Carl Bergeron

Critiques

Plusieurs romans de Douglas Kennedy

J’ai lu à la file une série de romans de Douglas Kennedy. Récits captivants, de vrais page-turners, autour d’histoires conjugales ou amoureuses où les couples se font et défont sur un arrière-plan tragique. Kennedy est un expert en rebondissements, capable de clore dix courts chapitres de suite sur des chutes qui renvoient le lecteur dans… Lire la suite Plusieurs romans de Douglas Kennedy

Critiques

Un ange cornu avec des ailes de tôle, de Michel Tremblay

Quand on a lu les Chroniques du Plateau Mont-Royal, on n'est pas si étonné d'apprendre qu’adolescent Tremblay a dévoré Proust. Surtout quand on tombe sur des passages comme le portrait de sœur Philomène à l'église dans la 2e partie de Thérèse et Pierrette à l’École des Saints-Anges. En passant, je ne sais pas d’où vient la légende qu’il écrit… Lire la suite Un ange cornu avec des ailes de tôle, de Michel Tremblay

Critiques

Journal d’un raté, de Limonov

Limonov est un drôle de type, tout le monde en convient, il est le loser parfait, assumé. Emmanuel Carrère a écrit sa biographie, Limonov, très intéressante. Mais il a de la difficulté à le juger. C’est normal, c’est un peu Monsieur l’Instituteur qui rencontre Dostoïevski. J’ai de loin préféré la matière première, le  Journal d’un raté. C’est… Lire la suite Journal d’un raté, de Limonov

Critiques

Chemins de sable, Carnet 2007-2009, de Jean-Pierre Issenhuth

C'est le journal philosophique d'un érudit qui, après avoir émigré au Québec, est retourné vivre à la campagne dans sa France natale pour cultiver son jardin, avant de revenir à Laval, au Québec. Très intéressant sur son retour à la terre, à la vie simple, sur les canards qu’il élève. Et sur les mœurs des… Lire la suite Chemins de sable, Carnet 2007-2009, de Jean-Pierre Issenhuth