Notes de lecture

Humeur suédoise

Dans une nouvelle de Torbjörn Elenskyun :

« … de braves gens, aimables et intelligents, des gens réellement instruits, mais dont les yeux peuvent devenir vides, inexpressifs, et même s’emplir d’ennui au moment où la musique inonde la pièce où ils se trouvent ».

Ces nouvellistes suédois : ils racontent lentement un désenchantement, une lutte silencieuse, une mélancolie, ou juste quelques événements banals sans se casser la tête avec le début ou la fin. Toujours le silence, le désarroi.

L’humour est parfois « blanc » dans le sens contraire de l’humour noir. Jonas Karlsson dans son roman La pièce :

« … Le ventilateur, avec ses pales en acier inoxydable, donnait une impression presque internationale. Ce n’était pas neuf, mais bien entretenu. Pimpant. Pas suédois. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s